La vieille ville d'Annecy. A gauche l'établissement le Munich. Photo Epnb.

La vieille ville d’Annecy

Un peu d’histoire

La vieille ville d’Annecy se situe dans la commune d’Annecy, et non d’Annecy le Vieux, commune distincte dont les vestiges antiques sont beaucoup plus nombreux, mais qui n’ont pas le caractère urbain de la vieille ville d’Annecy.

Celle-ci s’organise autour des canaux du Thiou et était entièrement fortifiée. Aujourd’hui les fortifications se retrouvent dans les noms des rues et des lieux (par exemple Porte Sainte Claire), et il est possible d’imaginer aisément leurs emplacements. Vous pouvez voir l’emplacement exact de la fortification le long du Pâquier dans le tunnel piéton situé à l’angle de l’avenue d’Albigny et du quai Eustache Chappuis.

Les bâtiments, riches en histoire, de la vieille ville d’Annecy ont été construits dès le XIème siècle, alors que la ville fortifiée d’Annecy, dit le neuf, prends le pas sur l’ancien Annecy, désormais dit Annecy le Vieux. La ville prends son essor au XVIème siècle alors que l’Evêché de Genève disparait au profit de celui du Genevois, désormais établi à Annecy, Genève devenant protestante. La ville poursuivra son essor grâce au développement du tourisme, mais gardons bien à l’esprit que le principal centre économique est alors Chambéry, pour ne pas dire Lyon qui bien qu’en dehors du duché de Savoie est considéré comme la plus grande ville de Savoie de part le nombre de ressortissants savoisiens qui y sont alors résidents !

En promenade

La vieille ville est agréable à parcourir à pied. Il est possible d’utiliser une poussette pour les jeunes enfants, y compris sur les quais, quelques marches pourront toutefois troubler votre parcours, mais jamais l’interrompre. Très dense, le patrimoine bâti est très riche et chaque rue ou ruelle mérite le détour.

Voici quelques illustrations pour vous donner envie, mais qui ne sont rien à côté de ce que vous allez découvrir:

Ses rues et ses quais sont des lieux propices pour savourer une gaufre, une glace ou pour trouver un restaurant. On regrettera l’absence vraiment marquée de spécialités sucrées  (il existe pourtant de très bon craquants savoyards), au profit de généreuses tartiflettes, mais qui masquent les vrais plats traditionnels tels que le farcement ou les diots au vin blanc. Préférez dégustez votre reblochon et votre tomme (ou tome !) en fromage sec, et pourquoi pas idéalement en provenance du Grand Bornand.

Pensez à placer le Château au début de votre visite, il n’y a pas d’ascenseur et la pente est raide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 9 =